aller au contenu

Avant-après...


René Simon : la retraite en marchant !

L’ancien expert-comptable s’est mué en un infatigable marcheur, une façon de découvrir d’autres horizons, mais surtout d’autres destins humains. Après un premier livre publié en 2013, il vient de sortir le tome 2 de ses « Echappées sur le Chemin de Compostelle » et cette fois, il est allé plus loin en proposant le film de ses pérégrinations.

L’homme est paisible, organisé, pointilleux, prévoyant… Normal, me direz-vous, de la part d’un ancien expert-comptable ! Mais à bien le regarder, à bien l’écouter, vous comprendrez vite qu’il a gardé en lui comme une part d’adolescence : un besoin irrépressible d’aller voir au bout du chemin ce qui s’y passe, une envie toujours renouvelée de pousser des portes nouvelles, un plaisir naturel à la rencontre, à la curiosité.

Avant : rigueur, organisation et pragmatisme

IMG 3077
IMG 3077.

René Simon vit à Gosné. C’est là qu’il est né il y a 66 ans. BAC G2 à Rennes, DUT de Gestion, Maîtrise de gestion à l’IGR. Il trompe l’ennui du service militaire en suivant par correspondance des cours d’expertise comptable, avant d’être embauché en 1975 à Fougères dans un cabinet comptable ; la SOFEX. Quelques petites années plus tard, l’un des deux associés prend sa retraite ; c’est l’opportunité pour lui de racheter ses parts et de se lancer dans une aventure au long cours.
Devenu expert comptable, il ouvre un nouveau bureau à Liffré. Le cabinet comptera au total une quinzaine de collaborateurs.

Austère, le métier d’expert-comptable ? Pas le moins du monde ! « Notre travail, c’est d’écouter les gens. Sans écoute, sans connaissance des métiers, des pratiques propres à chaque secteur, on est certain de faire des erreurs » confesse-t-il. C’est sans doute au nom de cette curiosité qu’il adjoint bientôt à ses activités celle de Commissaire aux compte, un intitulé qu’il déteste : « nous ne sommes pas des flics ! Notre rôle est justement de comprendre la vie de l’entreprise pour lui assurer sa pérennité ».

Au terme d’une carrière bien remplie, il décide en 2010 de céder ses parts. Il accompagne le repreneur pendant une année pour assurer la transmission mais conserve son activité de Commissaire aux comptes, histoire de ne pas décrocher trop vite. Mais une autre vie l’appelle, et celle-là n’a pas envie d’attendre !

Après : curiosité, rencontres, partage

01 Gardons le moral DSC04558
01 Gardons le moral DSC04558.

Cela fait une vingtaine d’années que René Simon traine ses chaussures sur les sentiers, notamment sur le Tro Breiz qu’il a bouclé en 7 étapes (une à chaque été). Mais au contact d’autres randonneurs, le virus a lui aussi tracé son chemin au coeur de notre comptable : marcher une semaine, c’est bien … mais pourquoi s’arrêter là ? Certains évoquent Compostelle : il y a ceux qui l’ont fait, et ceux qui en rêvent. René Simon ne fait pas partie de la catégorie des rêveurs ; s’il y a un chemin à prendre, il faut le prendre ; sans trop chercher à comprendre ce qui vous amène là.

Avant de se lancer en solitaire, il marche du Mont Saint Michel à Bourg des Comptes afin d’évaluer 2 facteurs-clés du voyage : le poids du sac et la perspective de se retrouver seul à marcher. On le retrouve à l’automne. René Simon a pris le train jusqu’au Puy-en-Velay, l’un des points de départs les plus célèbres du Chemin de Compostelle. Sac sur le dos, bâtons en main, mais surtout appareil photo en poche, le voilà parti en direction de Saint-Jean-Pied-de-Port, au pied des Pyrénées. En un peu plus d’un mois, il boucle la partie française du chemin. Il en revient avec des notes, des photos… et l’énorme envie de faire partager ce qu’il a vécu. Il en revient aussi avec une certitude : il faut tourner la page et accélérer la transmission de son cabinet.

En juin 2013, le voilà reparti sur le Chemin de Stevenson avant que ne naisse, quelques mois plus tard, le tome 1 de ses aventures sur le Chemin. Les 500 exemplaires seront vendus dans les librairies de proximité, mais aussi d’anciens clients ou connaissances, entre Fougères et Rennes et les bénéfices reversés à la recherche médicale.

Deux ans plus tard, le voilà reparti pour boucler cette fois la partie espagnole du Chemin. Un périple sous le soleil, au coeur d’une Meseta parfois déroutante, mais avec la certitude que ce qui compte le plus dans ce chemin, ce sont les rencontres. Ce sont bien elles qui vont donner corps au tome 2 de ses échappées. Mais comme il l’a toujours fait, il a décidé de monter une marche supplémentaire. Elle aura la forme d’un film de 52 minutes qu’il a entièrement réalisé et monté.

Le succès est total et rien qu’à Liffré, il faudra organiser une deuxième séance pour pouvoir accueillir les 300 personnes qui n’avaient pas pu entrer la première fois !

Aujourd’hui, c’est René Simon lui-même qui a choisi de faire une pause dans les conférences, question de se retrouver un peu et de préparer la suite… Prochaine étape : le Quercy. Ce sera pour septembre, avec son épouse et des amis. On attend désormais le prochain grand projet !