aller au contenu

Présidentielle : comment ont voté les seniors ?

Alors que les lumières viennent de s’éteindre sur une campagne présidentielle qui aura donné le vertige à tous les commentateurs, l’heure est venue de tirer quelques enseignements du vote « seniors » autour de deux constats : les seniors pèsent considérablement sur le résultat des urnes et leur principale revendication est la stabilité.

C’est le magazine Les Echos qui a, le premier sorti le chiffre dans son édition du 8 mai : les 65 ans et plus ont voté Macron à 80% ! Une surprise ? Pas vraiment, car les résultats du 1° tour avaient dessiné des choix déjà très clairs en plaçant François Fillon en tête des suffrages (36% des voix) suivi par Emmanuel Macron (26%), Marine Le Pen (14%) et Jean-Luc Mélenchon (12%). Plus fort encore, François Fillon était plébiscité par 45% des plus de 70 %… (enquête Ipsos Sopra Steria France Info.)

Le Front National n’emballe pas les seniors

Chez les seniors, le vote Le Pen a peu progressé entre les deux élections présidentielles de 2012 et 2017. Entre 1,5 et 4 % « seulement » tandis qu’il explosait dans les autres tranches d’âge. L’adoucissement du discours, la disparition dans les instances dirigeantes de la figure paternelle et même la moindre virulence vis à vis de l’Euro n’y ont rien changé, les générations les plus âgées restent massivement moins sensibles aux thèses extrémistes et cela quels que soient les milieux socio-économiques. Le constat est d’ailleurs valable pour Jean-Luc Mélechon qui ne parvient pas à percer dans l’électorat âgé, contrairement au véritable carton réalisé auprès des jeunes.
Et pourtant, le visage des retraités évolue et les anciens soixante-huitards commencent à faire leur apparition dans les rangs des retraités, mais leur poids n’est pas encore significatif même si on peut penser que parmi les 80% de retraités ayant voté Macron au second tour, leur rôle n’aura pas été négligeable.
Que faut-il alors retenir du profil des ces électeurs retraités ? Tout d’abord qu’ils sont majoritairement favorables à l’Europe. Pas forcément par conviction, mais davantage dans un souci de continuité, car le second enseignement des chiffres et que les seniors sont d’abord en quête de stabilité et de profils consensuels. Le résultat du second tour en est en partie l’illustration.

Le vote Senior peut être le verrou des prochaines élections

A la primaire de la droite et alors qu’ils ne représentaient que 33% de la population en âge d’aller voter, les seniors ont pesé dans les urnes pour 50% des suffrages exprimés ! * On peut sans grand risque de se tromper établir un parallèle entre ce chiffre et le paysage des deux tours de la présidentielle et cela pour deux raisons. La première réside dans le vieillissement naturel de la population qui induit de manière naturelle une plus forte présence des seniors sur les listes électorales. La seconde relève quant à elle d’un constat : les seniors participent davantage aux différents scrutins. Ainsi en 2002, et alors que le taux de participation à la présidentielle s’était établi à 80 %, il avait atteint les 87% chez les seniors. Un phénomène encore plus accentué lors des scrutins intermédiaires.
Les futurs candidats auront donc tout intérêt à avoir ces quelques éléments en tête s’ils souhaitent être élus ; les retraités représentent aujourd’hui de 25 à 28% des suffrages exprimés. On peut considérer que c’est un vote qui pèse…

* slate.fr Mars 2016