aller au contenu

Le retour au jardin, un plaisir auquel il faut se préparer

Questions à Louis-Jean Calloc’h, Médecin généraliste pour Harmonie Mutuelle

Cette fois, ça y est, le printemps est arrivé ! Les grincheux pourront toujours nous dire qu’il fait encore un peu froid, qu’il n’y aura pas assez d’eau pour cet été, que les Saints de glace ne sont pas passés… C’est entendu ! Il n’empêche que tous les jardiniers, professionnels ou amateurs, ont enfin retrouvé le chemin du potager ou des plates-bandes fleuries. Un retour à l’activité après de longs mois d’hivernage qui doit s’accompagner d’un minimum de préparation physique.

Louis Jean Calloc h
Louis Jean Calloc h.

Tempo Breizh : Louis-Jean Calloc’h, peut-on se remettre au jardinage sans un minimum de précautions ?

Dr Louis-Jean Calloc’h : On ne part pas à l’assaut de son jardin sans s’y être préparé ! Ce devrait être une évidence et pourtant, c’est encore très loin d’être une précaution partagée. Sans doute les appels de la binette et du râteau sont-il trop fort pour nous laisser le temps de la réflexion, mais il serait tout de même salutaire de prendre au minimum, le temps d’un petit échauffement. Car après un hiver où le corps s’est tranquillement engourdi, sans sollicitations majeures et à franchement parler, sans grande activité… il faut bien le réveiller un peu. Le jardinage va nous amener à effectuer des séries de gestes que nos membres auront eu le temps d’oublier : des flexions, des extensions, des torsions… Bien sur, dit comme ça, certains vont s’empresser de se moquer en pensant qu’on en fait tout de même beaucoup pour seulement quelques gestes anodins ! Le problème est que précisément, ces gestes ne sont pas si banals que ça. Tailler ou élaguer va fortement solliciter muscles et articulations du poignet, de la main, des coudes ou des épaules, cela en fonction de la hauteur à laquelle nous aurons à travailler. A la clé (et là, j’en connais certains qui vont moins rire en se souvenant de leurs récentes douleurs…) des courbatures, mais aussi des tendinites et tout le magasin des douleurs articulaires, plus ou moins douloureuses !

Remettre de la fluidité dans les articulations

Tempo Breizh : Concrètement, cela veut dire qu’il faut remettre le corps en condition ?

Dr Louis-Jean Calloc’h : Rien de tel qu’une bonne petite gymnastique d’entretien ! Ne cherchez pas la compétition, ce n’est pas ici l’objectif. Mais sachez en revanche prendre le temps de chauffer vos muscles en réalisant (doucement au début) des accroupissements, des étirements, des assouplissements, se baisser, se relever, dérouler le dos, étirer les membres… Autant de gestes qui vont permettront d’attaquer l’activité de jardinage en « état de marche », mais aussi en évitant au maximum les inflammations articulaires. Car on a beau y trouver un plaisir bien réel, jardiner est un exercice à part entière. L’idée première est donc de retrouver de la fluidité dans nos gestes.

Tempo Breizh : Ce ne sont pas forcément des gestes liés au jardinage ?

Dr Louis-Jean Calloc’h : Non vous pouvez aussi tout simplement reprendre la marche si ce n’est pas une activité régulière, voire même le vélo, bref, tout ce qui contribuera a « dérouiller » la mécanique humaine. Alors bien sûr, certains d’entre vous diront que nos parents ou nos grands-parents ne prenaient pas autant de précautions en retournant allègrement leurs 10 ares de terrains… Oui, bien entendu. Mais ce serait oublier un peu vite deux ou trois détails : le premier étant qu’en général, ils avaient une vie nettement moins statique que la nôtre, qu’ils marchaient beaucoup plus que nous, passaient moins de temps devant un écran ou dans un canapé, en d’autres termes, leur corps à eux n’avait pas vraiment le temps de se refroidir ! Deuxième détail d’importance : ils avaient une pratique ancienne et régulière des activités agricoles et savaient précisément ce qu’il fallait faire ou pas, comment tenir un outil, comment se positionner… autant de gestes « techniques » qui limitaient les bobos. Etes-vous tout à fait certains de les posséder autant ??? Dernier élément, ils étaient rarement aussi pressés que nous ! Ce qui n’avait pas pu se faire aujourd’hui se ferait demain. Pas de stress, pas d’obligation de résultat, mais une activité tranquille, dans la durée.

Les mauvais ouvriers ont toujours de mauvais outils !

Tempo Breizh : On peut aussi évoquer les outils utilisés car ils ont leur importance !

Dr Louis-Jean Calloc’h : Evidemment, les bons jardiniers font très attention à travailler avec du bon matériel. Même si on ne va pas vous demander d’aller chausser les sabots de bois ou la veste en serge bleue, il sera tout de même bénéfique de faire une petite revue de détail de votre équipement, ne serait-ce que pour tenir compte de vos évolutions physiques : vous pouvez avoir pris un peu de poids, ou maigri ; votre pied peut avoir subi une petite déformation qui rend les bottes de l’an dernier inconfortables… Faites un chek-up complet de votre matériel ! Privilégiez la souplesse, la solidité, mais aussi l’imperméabilité (bottes, pantalons…) Tout cela peut paraitre accessoire, mais tenir l’humidité loin de vous écartera aussi les risques d’inflammations articulaires. Et même si la plupart des « blessures » du jardinage relèvent de ce qu’on peut appeler des bobos (ampoules, panaris, petites coupures, etc), ces petites bricoles peuvent durer longtemps et vous empoisonner la vie jusqu’à l’été s’ils sont mal soignés !
Pour éviter de trop forcer sur vos muscles ou vos tendons, faites en sorte de toujours utiliser de l’outillage bien affuté. Ce sera notamment le cas pour des sécateurs car vous ferez évidemment beaucoup moins d’effort avec des lames bien coupantes.
Dernier détail important : les gants. Travaillez toujours en protégeant vos mains et donc en les dotant des gants appropriés à la tâche que vous êtes en train d’effectuer.
Le jardinage est une activité excellente. Il convient de s’y préparer. Mais elle a aussi une dernière qualité, c’est qu’elle nous permet, tout en renouant avec les fondamentaux de la vie, de nous projeter dans des projets, même les plus petits… Et faire des projets, c’est encore l’activité humaine la plus motivante !