aller au contenu

Le printemps revient, il faut s’y préparer en douceur

Questions à Louis-Jean Calloc’h, Médecin généraliste pour Harmonie Mutuelle


Avec le retour des beaux jours, la tentation est grande de foncer au jardin pour le premier nettoyage de printemps ou de ressortir les vélos. Excellente idée… mais certaines précautions sont tout de même nécessaires si vous ne voulez pas que la joie du plein air retrouvé soit ternie par les premières douleurs ou les premiers accidents domestiques.

Louis Jean Calloc h
Louis Jean Calloc h.

Tempo Breizh  : Louis-Jean Calloc’h, vous avez tendance à dire que le printemps… ça se prépare ?!

Dr Louis-Jean Calloc’h : C’est une évidence ! Avec la disparition du froid, l’allongement des journées et le renouveau dans la nature, l’envie de pratiquer des activités physiques ressurgit. C’est l’occasion de se remettre aux sports de plein air mais d’une manière douce. On peut penser notamment au cyclisme ou la randonnée. Mais attention, quand on parle de marche, il ne s’agit pas nécessairement d’exercices longs, le simple fait d’abandonner la voiture pour privilégier la marche de proximité est déjà une très bonne chose qui permet en outre de réhabituer progressivement le corps à l’exercice. La marche est la pratique la plus fondamentale : elle entretient l’appareil locomoteur, l’appareil respiratoire et le coeur, le tout avec un minimum de risques.
Ce serait la première des choses à pratiquer… et pour tout le monde !

Le jardinage, un véritable exercice physique

Tempo Breizh : Il y a le sport, mais il y a aussi le jardinage. Ce n’est pas quelque chose d’anodin ?

Dr Louis-Jean Calloc’h : C’est effectivement l’une des pratiques les plus courantes pour tous ceux qui ont la chance de posséder un jardin. Indépendamment des gestes qui vont devoir être accomplis et qui vont beaucoup solliciter les articulations et les muscles, le jardinage permet bien entendu de retrouver une relation avec la nature, mais aussi de mobiliser la pensée vers des projets concrets : telle plantation, tel aménagement, le suivi d’entretien des végétaux etc… Cet aspect peut paraitre banal mais il est fondamental car il permet de réactiver les énergies en y ajoutant au surplus une notion de plaisir.

Tempo Breizh  : On peut penser que les menus vont eux aussi évoluer ?

Dr Louis-Jean Calloc’h  : Bien sûr. Il faut aller vers une alimentation moins grasse et cela va passer par une importance donnée aux crudités. Cela veut dire très concrètement qu’il convient de redonner leur place aux entrées (mais en évitant la charcuterie…) et aux légumes verts. Avec la disparition du froid, c’est l’occasion rêvée de faire l’économie de tous les apports caloriques dont nous avions besoin en hiver. Cela peut se traduire, par exemple, par le fait de privilégier les poissons plutôt que la viande et d’oublier les plats en sauce pour redécouvrir les premiers légumes verts de l’année.

« En avril… »

Tempo Breizh : De nombreuses personnes réagissent mal au printemps ! On pense bien sûr aux allergies, mais pas seulement…

Dr Louis-Jean Calloc’h : Parler des allergies nous occuperait (et nous occupera…) un chapitre entier ! Mais de manière beaucoup plus simple, la première des vigilance à avoir est de garder un œil attentif sur la météo. En mars, au début du printemps, et au moins jusqu’à la fin avril, les températures peuvent varier considérablement d’un moment à l’autre de la journée. C’est en raison de ces écarts de températures que surgissent la plupart des refroidissements. Le dit-on n’est pas surfait : « en avril ne te découvre pas d’un fil ». Concrètement cela signifie qu’il faut porter un grand soin aux vêtements que l’on va porter : être vigilant sur l’étanchéité quand on parle de vêtements de pluie ou de bottes, et penser également à se couvrir la tête car c’est souvent par là que l’on se refroidit le plus vite. N’hésitez donc pas à conserver un bonnet sur le crâne, il sera toujours temps de le changer pour un chapeau de paille quand le plein soleil sera revenu.