aller au contenu

L’Américaine de Gourin raconte sa grande traversée

De Gourin à New York, une aventure Bretonne...

Combien de Bretons ont traversé l’Atlantique pour tenter leur chance dans le nouveau monde ? Cinquante mille ? Cent Mille ? Difficile à évaluer aujourd’hui. Ce qu’on peut en revanche affirmer, c’est que l’émigration vers les Etats-Unis aura été, pendant des années, l’une des solutions les plus répandues chez tous ceux qui souhaitaient fuir un avenir incertain. C’est de cette histoire que témoigne Christiane Jamet, Gourinoise et vice-présidente de l’association « Bretagne Transamérica ».

Christiane avait tout juste 18 ans lorsqu’elle s’est embarquée pour New York. De ses parents agriculteurs, les dix enfants de la famille avaient retenu qu’il était illusoire de vouloir rester à la terre dans cette Bretagne des années 50 où la révolution agricole n’avait pas encore produit ses effets. Sur dix, neuf partiront pour les Etats-Unis et le Canada ! Il faut noter qu’ils étaient à bonne école puisque le grand-père était déjà, en son temps, parti pour les USA et en était revenu pour témoigner de sa réussite. Un oncle avait également fait le voyage, mais lui était resté. 
C’est grâce au parrainage de ce tonton d’Amérique, que Christiane allait pouvoir à son tour prendre la mer. Car si une agence d’émigration était bien installée à Gourin et prenait à sa charge toutes les formalités administratives, il était en revanche impératif de bénéficier d’un parrainage en bonne et due forme émanant d’un résident américain.
C’est ainsi qu’elle s’embarqua du Havre pour neuf jours de traversée en 3° classe avec un aller simple en poche.

Un aller simple et neuf jours de traversée

Christiane Jamet
Christiane Jamet.

A l’arrivée, l’oncle était là pour l’accueillir et la guider dans ses tout premiers pas, mais pas plus. Une fois sur le sol américain, le rythme change : des petits jobs pour vivre, un meublé pour se lancer… et pour le reste, de la détermination. C’est ainsi qu’après une courte période de réflexion, Christiane se trouvera à suivre une formation de coiffeuse pendant une année avant de se lancer dans l’aventure avec ses sœurs. Les garçons de la famille avaient quant à eux préféré les métiers de la restauration. 15 ans de coiffure, un passage par l’esthétique, l’ouverture d’une boutique en Californie… Le rêve Américain se révèle conforme à sa légende !
Et puis le temps passe, la Bretagne se fait toujours plus lointaine, jusqu’au jours où Christiane se dit qu’elle passerait bien quelques vacances en Bretagne avec l’une de ses sœurs et avec son père, qui vit désormais à Paris.
C’est alors une toute autre Bretagne qu’elle redécouvre. Et cette Bretagne-là l’enchante. Elle est dynamique, riche, agréable à vivre… A 58 ans, Christiane décide alors de revenir s’installer sur ses terres de Gourin.

Emigrer était une nécessité, mais revenir en Bretagne, un appel du cœur

Nous sommes en 1990. Christiane enseignera l’anglais pendant quelques années avant de se consacrer pleinement à la vie culturelle de Gourin et à l’animation de l’association Bretagne Transamérica. Mardi dernier, à Gourin, à l’invitation de l’Université du Temps Libre, c’est pour témoigner de cette aventure collective qu’elle était présente à la diffusion d’un documentaire tourné en 2013 pour France 3 intitulé « La Grande traversée » et relatant le parcours de cinq bretons aux Etats-Unis, dont le sien. Une aventure qui aura concerné un grand nombre de Bretons et apporté un peu de la culture Bretonne en Amérique.


Voir en ligne : https://btagourin.com/